Africana Plus  

No 65 Mai 2005.3



Églises d'Afrique

De la mondialisation de la religion
à la formation civique des citoyens


Le mouvement pentecôtiste venu des États-Unis d’Amérique prend racines dans les pays du Tiers-Monde où la religion fait encore partie prenante de la vie sociale. D’ailleurs, n’affirme-t-on pas que l’avenir de l’Église du troisième millénaire se trouve en Afrique, en Amérique, en Asie, continents supposés à l’abri de l’incroyance occidentale ? C’est que, pour contrer l’influence des Églises institutionnelles, beaucoup ne se gênent plus de financer les sectes et autres  ‘églises de réveil’  où le spectacle des miracles et des bénédictions occupent une place de choix dans les assemblées. L’engouement de nos populations pour ces églises éloignent celles-ci des vrais problèmes de la société.

Au fait, il n’est pas surprenant que ces mouvements religieux soient nés en Afrique. Les régimes totalitaires et dictatoriaux, installés lors de la guerre froide pour veiller aux intérêts occidentaux ou soviétiques, essoufflés, ont trouvé une bouffée d’oxygène à travers les Églises dites de réveil. Celles-ci, à travers des prédications sulfureuses, détournent de l’attention et de la lutte pour plus de démocratie et la promotion des droits des citoyens tels que conçus par les Églises traditionnelles. Elles ignorent superbement tous les thèmes qui peuvent aller à l’encontre de l’idéologie en place et promettent à leurs adeptes une vie meilleure grâce aux prières, aux dîmes et aux jeûnes interminables. À cause d’elles, les lieux de formation civique se vident au profit des temples à miracles. Ainsi les nouvelles assemblées, tout en fonctionnant  au grand mépris des lois régissant les cultes, véhiculent des idées au profit du ‘statu quo’, légitimant le pouvoir en place dont des ministres sont de temps en temps présentés aux adeptes de ces assemblées.

Par la complicité de certaines chancelleries occidentales, les nouveaux pasteurs voyagent plus facilement en Europe ou en Amérique, contrairement à ceux qui voudraient s’y rendre pour la formation technique et scientifique, confirmant auprès des adeptes exploités, que la prière du pasteur est puissante en parole et en actes. Certaines de ces ‘églises’ ont des sièges à Londres, à Paris, aux États-Unis d’Amérique. Les pasteurs américains sont invités lors des campagnes d’Évangélisation. La langue de la prédication est le français ou l’anglais. Les films nigérians traitant de la sorcellerie, de la magie et des démons de toutes sortes sont très utilisées par leurs chaînes de télévision. Les pasteurs se combattent pour avoir le leadership chrétien, pour drainer les foules lors des campagnes d’évangélisation. De même manière que les sociétés commerciales manipulent les consommateurs, les pasteurs en font autant. C’est la mondialisation religieuse au service de la mondialisation économique.

Le modèle capitaliste est très présent dans la relation entre le pasteur et ses adeptes. Guérisons et prières du pasteur ne sont pas gratuits. Plus l’on donne, plus l’on reçoit. C’est la théologie de la semence en vue de la prospérité. La logique des intérêts, du gain prime. On vante la prospérité des patriarches, ces amis fidèles et bénis de Dieu. La prospérité matérielle devient le signe de l’élection divine et la pauvreté la conséquence du péché, de ‘l’esprit d’asservissement’ et des ‘démons de la pauvreté’ qu’il faut combattre. Alors qu’en Occident, les chômeurs, les travailleurs licenciés, les sans-abris, les paysans, victimes de la mondialisation luttent pour l’altermondialisation, une mondialisation à visage humain, les pauvres du Tiers-Monde confient leur destin entre les mains des nouveaux hommes de Dieu, faiseurs des miracles et des prodiges. Et pourtant, l’instauration d’un nouvel ordre mondial nécessite l’apport de toutes les victimes de la mondialisation. Les sociétés civiles occidentales ne peuvent à elles seules éradiquer les maux de la mondialisation sans le concours de leurs sœurs du Tiers-Monde où la place de la religion n’est pas négligeable.

La Bible, si sacrée soit-elle, peut être interprétée de différentes manières selon les intérêts de ses lecteurs. Les politiques tout sécuritaires, après les attentats du 11 septembre, ont trouvé des arguments dans la Bible pour dominer et exploiter le monde. Tout comme certaines institutions de l’esclavage prétendaient trouver leur fondement dans la Bible. Mais la Bible ne peut pas devenir un instrument d’asservissement des peuples au profit de la mondialisation inhumaine. Elle est Parole proclamée pour la libération de tout l’homme. Et seule une lecture critique et sérieuse de ce Livre fait prendre conscience aux chrétiens et à l’Église de la lutte  pour la justice et de leur participation effective et active à la transformation du monde et à la libération de toute situation oppressive. Voilà pourquoi il est plus que temps pour les chrétiens de se familiariser avec les études bibliques. Les homélies et les prédications ne suffisent plus. Il faut inscrire dans la pastorale l’étude biblique des chrétiens ordinaires. L’engouement des masses vers les Églises de réveil est aussi une des conséquences de l’ignorance. Pour une vulgarisation effective de la Parole de Dieu, les théologiens africains sont invités à formuler les dogmes, à présenter les pensées bibliques en des termes simples pour la compréhension de tous. Car les chrétiens mieux formés sont un obstacle pour l’avancement des Églises au service de la mondialisation économique.

La mondialisation économique ne peut être dépassée que grâce à la solidarité entre les peuples, solidarité entre les individus dans un pays. Les religions sont invitées à y jouer un rôle de premier plan, mais un rôle positif, celui qui permet l’épanouissement de l’humain et de l’humanité. La solidarité n’est pas l’assistance perpétuelle des pauvres; elle est partage des richesses de la planète, de la notion, génératrice du travail pour tous, respectueuse des différences, de l’environnement. Elle n’est pas la détention des richesses entre les mains d’une infime minorité. La charité, thème cher au christianisme, doit être une lampe pour éclairer l’éclosion d’un nouvel ordre mondial, d’une mondialisation solidaire. Pour l’avènement d’une telle mondialisation, il nous faut en Afrique une lecture contextuelle de la Bible. Celle-ci nous permettra de mieux réfléchir sur les thèmes susceptibles de donner une réponse adéquate à la situation concrète que vivent nos peuples d’Afrique. Cette lecture partira de souffrances, de maux dont sont victimes nos populations et dont l’origine est en grande partie dans la politique de la mondialisation prônée par les puissances économiques.

Aussi comprend-on que le thème de l’exode parle à nos peuples : il n’est pas seulement religieux ou biblique mais aussi historique, politique et philosophique. Il embrasse l’homme dans toutes ses dimensions. Tous les opprimés de la terre d’aujourd’hui, victimes de la mondialisation à visage inhumain, trouvent leur compte, se reconnaissent dans cette histoire de la libération du peuple hébraïque et espèrent une ‘terre promise’, un pays où coule le lait et le miel. Le thème exode fait prendre conscience aux pauvres pourquoi ils sont malades, sans emploi, sans salaire suffisant, sans abris. Ils deviennent ainsi des acteurs de leur propre histoire. Leur destin n’est plus entre les mains des imposteurs au service des puissances occultes. Il nous faut nous convaincre donc que la religion est un mouvement mobilisateur au lieu d’être une force paralysante; que la pratique de la prière doit être accompagnée par le désir de se mettre au travail. C’est par le travail que les peuples opprimés pourront s’émanciper. C’est par le travail que le croyant est invité à entrer en possession de la terre promise. Celle-ci ne s’obtient pas seulement sur coup de prières, de jeûnes, de prédications fracassantes. Il est plus que temps d’encourager et d’élaborer la théologie du travail et de l’invention.

Michel Lobunda Selemani, S.J.

(Telema, septembre 2004)


Retour au menu principal