Africana Plus

No 54 Novembre 2003.2



Kabylie
Grévistes de la faim


 

Suite aux événements tragiques de la Kabylie, et à la répression sanglante du pouvoir algérien contre le Mouvement Citoyen (Aarach), deux Kabyles, Ammar Lakehal et Karim Bessaieh ont commencé une grève de la faim le 31 décembre 2002 à Montréal. Le comité de Soutien aux Grévistes de la Faim de la Kabylie a convoqué tous les médias pour une conférence de presse le vendredi 10 Janvier 2003 à 10h00, au centre Afrika de Montréal, sis au : 1644 Saint Hubert Montréal

Ci-joint les trois communiqués du comité :

Communiqué numéro 1

En dépit des représailles cycliques que subit la Kabylie depuis 1962 et plus particulièrement depuis le 18 avril 2001; En dépit des 122 victimes de cette répression sanglante, des centaines d'handicapés à vie et des centaines d'arrestations arbitraires, dont les délégués du mouvement citoyen;

La Kabylie, intrinsèquement acquises aux valeurs universelles de liberté, de démocratie, de paix et de tolérance, continue à faire les frais du silence complice de la communauté internationale. Cette communauté qui, hélas, fait prévaloir les intérêts économiques sur les droits humains des kabyles, cautionnant, confortant et assurant l'impunité au régime algérien qui redouble ainsi de férocité.

À ce silence assourdissant de la communauté mondiale laissant libre cours aux desseins pyromanes du régime colonial algérien, le mouvement citoyen pacifique de Kabylie oppose une plate-forme de revendications (plate-forme de Leqser)* profondément ancrées dans les valeurs universelles de liberté, de démocratie, de paix et de tolérance.

Dans le sillage du mouvement de grève de la faim entamé le 03 décembre 2002 par les délégués détenus dans les geôles du pouvoir, le comité de soutien à ces grévistes fait sienne cette forme d'action de dernier recours en entamant à son tour, incessamment, une grève de la faim illimitée à Montréal, tout en appelant la communauté Kabyle à faire de même à l'échelle internationale.

Montréal, 28 décembre 2002

 

Communiqué numéro 2

Appel aux organisations Amazighes d'Amérique du Nord

Depuis les événements du Printemps noir, la Kabylie ne cesse de subir le martyre, dans sa chair et son honneur. Son seul tort : s'entêter à porter le mouvement citoyen jusqu'à pleine satisfaction de ses revendications contenues dans la plate-forme d'Elkseur (Leqser).

Plus d'une centaine de victimes, des milliers de blessés et d'handicapés à vie n'ont pas suffi à assouvir la haine aveugle du pouvoir oppressif d'Alger et ses desseins machiavéliques tendant à faire plier la Kabylie et le Mouvement citoyen. Aujourd'hui même, la Kabylie subit, à huis-clos, un processus de solution finale.

Une répression sans précédent s'est abattue sur elle dans l'indifférence générale afin de parachever sa pacification, à travers, entre autres, l'élimination physique des délégués du mouvement citoyen (aarouch). Otages du pouvoir, certains d'entre eux, dont Bélaid Abrika, sont en grève de la faim illimitée, depuis le 03 décembre 2002, dans les sinistres geôles de la dictature algérienne où ils subissent une sauvagerie inédite. Un peu partout, une toile de solidarité commence à se tisser pour que vivent les délégués kabyles emprisonnés :

- En France, une marche initiée par toutes les organisations kabyles est prévue à Paris (Elysée) pour les jours à venir.

- En Italie, une action d'envergure est prévue pour le dimanche 05 janvier 2002.

- À Montréal, des membres du Comité de Soutien aux Grévistes de la Faim entament à leur tour, en guise de solidarité, une grève de la faim illimitée.

- À Montréal également, un rassemblement est prévu le 11 janvier devant le consulat algérien, à l'appel du Comité Montréalais de Soutien à la Kabylie.

En Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada) vit une forte communauté kabyle, représentée par diverses associations à vocations diverses, et des personnalités avérées du domaine amazigh. L'urgence de coordonner nos efforts s'impose pour une solidarité effective et efficace avec la Kabylie qui s'apprête à entamer une grève générale illimitée, sur l'initiative de la coordination Interwilaya, à partir de ce samedi 4 décembre .

Ne laissons pas les délégués du Mouvement citoyen mourir dans les geôles de notre ennemi : le pouvoir arabo-islamo-baathistes.

Ne laissons pas mourir la Kabylie.

Montréal le, 02 janvier 2002

 

 

Communiqué Numéro 3

Aujourd'hui, 04 janvier 2003, la Kabylie entame une grève illimitée afin d'exiger la libération inconditionnelle de ses Patriotes détenus dans des conditions dégradantes et sauvagement torturés par les sbires du pouvoir algérien. Lequel pouvoir, en dépit du bon sens et de la raison élémentaire, s'autorise tous les écarts.

A l'écoute de la Kabylie martyrisée, la communauté kabyle d'Amérique du Nord porte haut le flambeau de la revendication du mouvement citoyen de Kabylie (arch) afin de briser le cercle du silence et de la raison d'État derrière laquelle s'abritent certains gouvernements influents .

C'est pourquoi, assuré de la solidarité de toute la communauté kabyle d'Amérique du Nord et des amis de notre peuple, notre Comité demeure en grève de la faim depuis le 31 décembre afin d'interpeller les instances internationales qui devront en urgence reconsidérer leur position vis-à-vis du régime algérien tyrannique et hors la loi qui constitue plus que jamais une menace pour la paix du monde.

Aussi, nous prenons à témoin tous les citoyens libres et gouvernements du monde soucieux de l'état des droits humains en Algérie quant aux dérapages fortement prévisibles pouvant advenir contre le peuple kabyle. La responsabilité de tous est engagée.

Montréal, le 04 janvier 2003-01-04

 

 

Les grévistes :

- Ammar LAKEHAL

- Karim BESSAIH

Permanence téléphonique :

(514) 927-6684      (514) 924-9591     (514) 295-2805    (514) 295 1406

Courriel :

grevistes_mtl_kabylie@hotmail.com

 

Michel Fortin, M.Afr.

Centre Afrika, Montréal, le 9 Janvier 2003

 

NB: Les deux grévistes de la faim de Montréal se veulent solidaires des six grévistes de la faim qui veulent défendre les revendications la plate-forme d'Elkseur(Leqser).

En voici le contenu :

 

 

* Plate forme de revendications d’El Kseur

Du 11 juin 2001

 

 

Nous, représentants des wilaya de Tizi-Ouzou, Bhayet, Bouira, Boumerdes, Sétif, Bordj Bouareridj, Alger et le Comité collectif des Universités d’Alger, réunis ce jour 11 juin 2001 à la maison de jeunes Mouloud FERAOUN d’El Kseur (Bgayet), avons adopté la plate-forme commune suivante :

 

  1. Pour la prise en charge urgente par l’État de toutes les victimes blessées et familles des martyrs de la répression durant les événements.
  2. Pour le jugement par les tribunaux civils de tous les auteurs, ordonnateurs et commanditaires des crimes et leur radiation des corps de sécurité et des fonctions publiques.
  3. Pour un statut de martyr à chaque victime de la dignité durant ces événements et la protection de tous les témoins du drame.
  4. Pour le départ immédiat des brigades de gendarmerie et des renforts des CRS.
  5. Pour l’annulation des poursuites judiciaires contre tous les manifestants ainsi que l’acquittement de ceux déjà jugés durant ces événements.
  6. Arrêt immédiat des expéditions punitives, des intimidations et des provocations contre la population.
  7. Dissolution des commissions d’enquêtes initiées par le pouvoir.
  8. Satisfaction de la revendication Amazigh dans toutes ses dimensions (identitaire, civilisationnelle, linguistique et culturelle) sans référendum et sans conditions et la consécration de Tamazight en tant que « langue nationale et officielle ».
  9. Pour un État garantissant tous les droits socio-économiques et toutes les libertés démocratiques.
  10. Contre les politiques de sous développement, de paupérisation et de clochardisation du peuple algérien.
  11. La mise sous l’autorité effective des instances démocratiquement élues de toutes les fonctions exécutives de l’État ainsi que les corps de sécurité.
  12. Pour un plan d’urgence socio-économique pour toute la région de Kabylie.
  13. Contre TAMHEQRANIT (HOGRA) et toute forme d’injustice et d’exclusion.
  14. Pour un réaménagement au cas par cas des examens régionaux pour élèves n’ayant pas pu les passer.
  15. Institution d’une allocation chômage pour tout demandeur d’emploi à hauteur 50%SNMG.

 

Nous exigeons une réponse officielle, urgente et publique à cette plate-forme de revendications.

ULAC SMAH ULAC, le combat continue.


Retour au menu principal